Association d’Études sur la Renaissance,
l’Humanisme et la Réforme

Maison des Sciences de l’Homme Lyon St-Etienne
14, avenue Berthelot - 69007 Lyon

x

    Éditions Lyonnaises de Romans du XVIe siècle (1501-1600)

    Titre uniformisé :
    Hector de Troie
    Édition(s) lyonnaise(s) :
    1. Olivier Arnoullet, [c. 1530-1545] : L’hystoire du noble preux et puissant Hector mirouer et exemplaire de toute chevalerie
    Auteur :
    anonyme
    Type d'ouvrage :
    roman français d'aventures de type médiéval

    Informations fiche

    Auteur principal :
    Sergio Cappello
    Fiche créée le :
    04/11/2011
    Dernière actualisation le :
    08/06/2016

    Vous avez des observations à faire, des informations ou des documents à partager sur cet ouvrage, contactez le responsable de cette fiche : rhr.bureaugmail.com

    Bibliographie

    Haut de page
     

    Éditions anciennes

    Éditions lyonnaises

    1. Olivier Arnoullet, [entre 1530 et 1545]
    Hector de Troye. Cy commence l’hystoire du noble preux et puissant Hector mirouer et exemplaire de toute chevalerie. Lyon, s. d. [entre 1530 et 1545].
    Exemplaires :
      - Paris, Arsenal, 4 BL 4315 Rés.
      - Aix-en-Provence, Méjanes, Rés. D 0322.

    Autres éditions anciennes

    On peut signaler 3 autres éditions anciennes de la première impression jusqu’au début du XVIIe siècle :
      - Les faicts et prouesses du puissant et preux Hector, miroüer de toute chevalerie, Troyes, Nicolas Oudot, 1609. Exempl. : Stockholm, Kungliga Biblioteket, S 118 B 3 e Hector.
      - Les faicts et proüesses du puissant et preux Hector, Miroüer de toutes [sic] chevalerie, Rouen, Julien Courant pour Richard Aubert, le 20 janvier 1617. Exempl. : London, British Library, 12513.e.26.(5.).
      - Les faicts et proüesses du puissant et preux Hector, Miroüer de toute chevalerie, Troyes, Nicolas Oudot, 1624. Exempl. : Oxford, Bodleian Library, Douce R 494(1) ; Troyes, BM B.bl.393.


    Édition moderne

    Il n’existe pas d’édition moderne.

    Études et articles

    HARRISSE, Henri, Excerpta Colombiniana : Bibliographie de quatre cents pièces gothiques francaises, italiennes et latines du commencement du XVIe siècle non décrites jusqu’ici, Paris, 1887.

    JUNG, Marc-René, La légende de Troie en France au Moyen Age. Analyse des versions françaises et bibliographie raisonnée des manuscrits, Basel-Tübingen, Francke, 1996, plus part. p. 606-614.

    LECOURT Marcel, « Notice sur l’Histoire des Neuf Preux et des Neuf Preues de Sébastien Mamerot », Romania, 37, 1908, p. 529-537.

    TRACHSLER, Richard, Clôtures du Cycle Arthurien. Étude et Textes, Genève, Droz, 1996, p. 294-313.

    TRACHSLER, Richard, Disjointures – Conjointures. Étude sur l’interférence des matières narratives dans la littérature française du Moyen Age, Tübingen-Basel, Francke, 2000, plus part. p. 286-309.


    Carnets de recherches

    Haut de page
       

    Histoire éditoriale


    De l’original à l’adaptation
    Hector de Troie est un court roman à sujet antique qui reproduit sous une forme autonome l’histoire d’Hector contenue dans la version anonyme des Neuf Preux. Celle-ci a été imprimée par Pierre Gérard à Abbeville en 1487 sous le titre de Triumphe des Neuf Preux et rééditée à Paris par Michel Le Noir en 1507.
    Dédié à Charles VIII, dont le nom est remplacé par celui de Louis XII dans la réédition de Le Noir, le Triumphe des Neuf Preux reprend un thème bien connu au Moyen Âge qu’avait déjà traité, par exemple, Sébastien Mamerot dans une compilation en prose composée dans les années 1460 et restée manuscrite.
    Le « compileur » anonyme a recours à la mise en scène du songe et de la rencontre avec le personnage allégorique de Dame Triumphe qui lui demande de mettre par écrit les faits des preux à fin de pouvoir choisir le meilleur d’entre eux. Ce récit-cadre, inspiré du De casibus virorum illustrium de Boccace, motive la présentation des « fais et proesses » de neuf héros, trois de l’Ancien Testament (Josué, David et Judas Macchabée), trois païens (Alexandre, Hector et Jules César) et trois chrétiens (Arthur, Charlemagne et Godefroy de Bouillon), auxquels vient s’ajouter Bertrand du Guesclin. Chaque vie, élaborée à partir de sources souvent hétérogènes, historiographiques et romanesques, est encadrée d’un prologue et d’une conclusion, assez brefs, qui assurent les transitions entre les différents récits en les rattachant au récit-cadre et à l’engagement pris auprès de Dame Triumphe.
    C’est le récit des « faits du preux Hector de Troye », cinquième histoire de la série, que le roman reprend intégralement, après avoir éliminé les deux chapitres liminaires, le prologue et la conclusion, qui encadraient l’original. L’histoire de ses faits et gestes est le résultat du remaniement de l’Historia destructionis Troiae de Guido delle Colonne, dont sont traduits des passages entiers, avec l’insertion de renvois au Troïlus, version française du Filostrato de Boccacce, à Virgile et aux Métamorphoses d’Ovide (voir Bibliographie : JUNG et TRACHSLER).
    Parmi les variantes textuelles que présente l’édition lyonnaise (éd. 1) par rapport à l’édition de Le Noir de 1507 du Triumphe des Neuf Preux, pour la plupart d’ordre linguistique, remarquons l’élimination du titre du troisième chapitre et des changements lexicaux, tels, à l’épilogue, la substitution de trancher (la tête) par couper ou l’élimination systématique de royne du groupe nominal la royne Penthasilee. La perte de l’édition d’Hector de Troie de Philippe Le Noir ne permet pas d’établir si, et dans quelle mesure, les variantes sont spécifiques à l’édition lyonnaise d’Olivier Arnoullet. Leur examen permet d’établir, en tout cas, que le roman reproduit le texte de la réédition de Michel Le Noir (voir, par exemple, à la fin du deuxième chapitre : « riens n’y avoit de vuid », Triumphe des Neuf Preux, 1487, f. p7r° ; « riens n’y avoit vuide », Neuf Preux, 1507, f. O1v° ; « riens n’y avoit vuyde » Hector, f. a3r°).

    Chronologie des éditions
    Nous n’avons connaissance de l’existence certaine que de deux éditions du XVIe siècle : l’édition lyonnaise d’Olivier Arnoullet (éd. 1), sans date, qui nous est parvenue dans deux exemplaires conservés à Paris (Arsenal) et à Aix-en-Provence (Méjanes) ; et d'une édition parisienne de Philippe Le Noir, également sans date, dont le seul exemplaire connu, acheté à Montpellier par Fernand Colomb en 1525, était conservé à la Biblioteca Colombina de Séville (voir Editions non localisées). Volé en 1884 avec un nombre important d’autres ouvrages, le volume réapparaît dans le catalogue des ventes d’un libraire parisien en décembre 1884. Ayant pu consulter le fiches rédigées par un bibliographe espagnol dans les années 1840, Henri Harrisse en donne une description comprenant non seulement le titre, le colophon, le format et le nombre de feuillets, mais aussi la transcription de l’annotation manuscrite de l’ancien possesseur, qui se revèle aujourd’hui précieuse pour parvenir à établir une chronologie relative des deux éditions.
    Nous savons ainsi que l’édition de Philippe Le Noir remonte à une période comprise entre 1522, date du debut de l’activité de l’imprimeur, et juillet 1525, date de l’achat du volume à Montpellier par Fernand Colomb.
    En ce qui concerne l’édition d’Olivier Arnoullet (éd. 1), les résultats provisoires d’une première enquête portant sur le matériel, et plus particulièrement sur l’état des bois de l’exemplaire, permettent de restreindre la fourchette de datation de l’imprimé et d’établir la chronologie relative des deux éditions. Nous pouvons en effet comparer les deux gravures sur bois liminaires, celle du combat figurant à la page de titre et celle du couple placée à la fin du volume, avec les mêmes gravures que nous retrouvons dans d’autres romans imprimés à Lyon.
    Le bois du couple, qui provient d’ateliers lyonnais de la fin du XVe siècle – il figure dans deux incunables de Pierre de Provence (Jean Du Pré, 1489; Jean de La Fontaine, 1491 n. st. ; voir CLAUDIN, Anatole, Histoire de l’imprimerie en France au XVe et au XVIe siècle, Paris, Imprimerie Nationale, 1904, III, pp. 480, 542) –, est employé au verso du titre tant de l’édition de Huon de Bordeaux imprimée le 22 août 1545 (exemplaires conservés à Paris, Bnf, et à Wolfenbüttel, HAB), que de l’édition de Morgant le Geant de 1548 (Wolfenbüttel, HAB, consultable en ligne). La présence dans ces éditions de deux brisures dans le filet d’encadrement de gauche, absentes de la gravure d’Hector, permet de situer son édition à une date antérieure au mois d’août 1545.
    Quant au bois du combat, nous le rencontrons aussi au titre de l’édition de Morgant le Geant de Jean Lambany (s. d., mais daté vers 1529 par Baudrier) (Lyon, BM, consultable en ligne) et de celle d’Arnoullet de 1548 (consultable en ligne) ainsi qu’en tête du Second livre de Guerin Mesquin, imprimé par Arnoullet pour Romain Morin le 16 avril 1530 (Guerin Mesquin, f. B6r°, Bnf, consultable en ligne). Dans Hector le bois présente deux signes d’usure – une entaille à la troisième poutre de gauche et une brisure dans le filet d’encadrement inférieur à droite –, que nous retrouvons identiques dans l’édition de Morgant de 1548. Ils sont en revanche absents sur le bois de Guerin Mesquin. Il s’ensuit que l’édition 1 d’Hector a été imprimée après le mois d’avril 1530 et qu’elle est donc postérieure à l’édition de Philippe Le Noir, qui remonte aux années 1522-1525.
    Par ailleurs, la présence de la même brisure dans le filet d’encadrement du bois de l’édition Lambany de Morgant nous amène à déplacer son impression à une date postérieure au 16 avril 1530. Plus précisement, en considérant l’annotation manuscrite datée du 4 juin 1530 au verso du dernier feuillet du seul exemplaire connu de cette édition (voir Pascale MOUNIER, « Morgant le Géant : un unicum à la bibliothèque », Bibliothèque Municipale de Lyon), son impression serait à situer entre avril et début juin 1530. Cette nouvelle datation devrait aussi amener à étendre jusqu’à la première moitié de l’année 1530 la période d’activité de l’imprimeur Lambany (à ce propos, voir : BAUDRIER, Bibliographie Lyonnaise, XI, pp. 25, 42-43, 49 ; Clémence MIELLET, Barnabé Chaussard et ses successeurs : 1492-1560, ENSSIB, Mémoire d’études, 2014, pp. 15-16).
    En conclusion, dans l’état actuel de nos connaissances, la première édition du roman est le résultat d’un remaniement par extraction effectué sur les Neuf Preux pour le compte de Philippe Le Noir. Le recours au fonds paternel lui a permis d’enrichir son catalogue d’un nouveau roman en donnant une édition séparée, et par là une nouvelle vie autonome, à l’histoire d’Hector. Cependant, nous ne pouvons pas exclure que le prélèvement ait été exécuté dans l’atelier de Michel Le Noir même, d’une manière analogue à ce qui est sans doute arrivé dans le cas de Geoffroy à la grand dent, extrait de Mélusine. Philippe Le Noir se serait ainsi limité à reprendre une édition précédente de son père, aujourd’hui perdue.


    Description d’exemplaires et éléments du paratexte : saisie personnelle

    Exemplaire Paris, Arsenal, 4 BL 4315 Rés. (éd. 1)

    In-4°, goth., sign. a-h4 i6, 38 ff., 34 et 35 longues lignes par page, ill. Exemplaire incomplet du f. aij.
    Le titre, imprimé en rouge et noir, est orné d’un bois représentant un combat de chevaliers (dont trois debout combattant et quatre à terre) dans une salle.
    Au recto du dernier feuillet (f. i6r°) une gravure sur bois représente une dame parlant à un chevalier debout tenant à la main droite une lance avec un pennon. Aucune autre illustration ne figure à l’intérieur du volume.
    Mentionné dans : Brunet, III, 74 ; Th. F. Dibdin, Voyage bibliographique, archéologique et pittoresque, 1825, p. 382 ; J.-B. Monfalcon, Manuel du Bibliophile et de l’Archéologue Lyonnais, p. 85 ; Baudrier, X, 34 ; Gültlingen, III, p. 223, n° 121 ; FVB, 24966 ; Bechtel, H-13 ; USTC, 80042.
    [Page de titre]
    Hector de Troye. // [C]Y commence lhystoire du // noble preux & puissant He // ctor mirouer & exemplai= // re de toute chevalerie. // [gravure] // ¶ On les vend a Lyon aupres de nostre dame de // confort cheulx Oliuier Arnoullet.
    [Colophon]
    ¶ Cy finisse[n]t les faitz & proesses du puissa[n]t et preux // Hector mirouer de toute chevalerie et preudhomme. // Nouuelleme[n]t imprime a Lyon sur le Rosne p[ar] Oli= // uier Arnoullet.


    Éditions non localisées

    Parmi les éditions du XVIe siècle non localisées, on repère une édition sans exemplaire attesté, celle de Paris, Philippe Le Noir, s. d. [entre 1522 et 1525].
    In-4°, goth., 34 ff., à longues lignes.
    Le titre est orné d’un bois. La marque de l’imprimeur figure au v° du dernier feuillet.  Annotation manuscrite: « 5168. este libro costo .10. dineros en monpeller a .14. de Julio de .1525. y el ducado de oro vale .564. dineros ».
    Le seul exemplaire connu de cette édition était conservé à la Biblioteca Colombina de Séville, d’où il a disparu au début des années 1880. Une annotation manuscrite autographe de Fernand Colomb atteste que le volume avait été acheté à Montpellier le 14 juillet 1525. D’après le témoignage d’Henri Harrisse, qui fournit une description détaillée de l’exemplaire, le volume figurait en vente à Paris au Catalogue de la Librairie Baillieu du 20 décembre 1884 (n. 263).
    Mentionné dans : Cat. Librairie Baillieu, 263, 20 déc. 1884, n° 225 ; Harrisse, Excerpta, n° 112 ; Harrisse, Grandeur et décadence de la Colombine, Paris, 1885, p. 17 ; Bechtel, H-12.
    [Page de titre]
    Les faictz & prouesses du // puissant et preux hector mi // rouer de toute chevalerie. // [gravure].
    [Colophon]
    Nouuellement imprime a Paris par Phelippe le noir libraire & relieur iure demoura[n]t  // en la grant rue sainct jacques a lenseigne de la rose blanche couronnee.

    Signalons en outre 2 éditions perdues ou fantômes :

      - un Roman de Hector de Troye (Paris, s. n., s. d.), cité par Antoine Du Verdier en 1585 (Bibl. fr., IV, 253 ; Brunet, III, 74), qui pourrait renvoyer à une édition parisienne, imprimée avant 1585 et aujourd’hui perdue, différente de l’édition de Philippe Le Noir.
      - une édition imprimée sans date à Troyes par Nicolas Oudot sous le titre Les faicts et Prouesses du puissant et Preux Hector, miroir de toute chevalerie (in 8°,  48 ff., ill.) est mentionnée dans le Catalogue La Vallière (n° 4064).


    Ouvrages liés

    Haut de page

     

     

     

     

     

    Association d’Études sur la Renaissance, l’Humanisme et la Réforme - Maison des sciences de l’Homme Lyon St-Etienne - 14, avenue Berthelot - 69007 Lyon - contacter

    Tous les textes et documents disponibles sur ce site, sont, sauf mention contraire, protégés par une licence Creative Common - Mentions légales